.


...Le Sanctuaire....
" J'ai mis ma concience aux prises avec ma raison, et la réflexion m'a convaincu, autant que l'experiences, que: " Tout Individu qui se sacrifie, sans néccésité pour des intérêts vagues et collectifs, n'est qu'un animal, d'un instinct dépravé, qui, tôt ou tard, sera corriger par la double épreuve, de l'injustice et de l'ingratitude..."
( Francois suleau - " les actes des apotres "..."

le-relai-pro  Index du Forum
 

   FAQ  -  Rechercher  -  Membres   -  S’enregistrer   Connexion
LES FREE HUGGERS

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le-relai-pro Index du Forum >>>
...La Boite à Malice...
>>>
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sasha
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 14 Juil 2006
Messages: 411
Point(s): 76
Moyenne de points: 0,18
icon msnm: protheus63@hotmail.f

MessagePosté le: 12/02/2013 11:46:18 (2009)    Sujet du message: LES FREE HUGGERS Répondre en citant

Comme dans toute communauté importante, il se détache toujours des éléments méritant le coup d'œil. Des gens se comportant d'une façon tellement ridicule qu'on ne peut que leur jeter des pierres. Le milieu Jpop, et le Net en général, abonde de cas sociaux. Jpop Trash pointe sur eux une loupe que certains trouveront trop grossissante et d'autres encore très loin de la réalité.



LES FREE HUGGERS
Qu’est ce que le free hugs ? Laissons la parole aux intéressés tout d'abord :

Kévin Chotard, 15 ans : - Tu vois, le free hugs, c’est un style de vie super positif tu vois, on donne du plaisir aux gens, tu vois ! Il faut être rebelle envers la société, tu vois !

Kimberley Michu, 14 ans : - Faire du free hugs, ça demande vachement des connaissances en japanimation ! LOL !

Brenda Chaudron, 16 ans : - Nghh ?

Cela ne vous aide toujours pas ? Bon, simplifions la chose, le free hugs est cette nouvelle mode qui veut que de vilains inconnus vous invitent gratuitement dans des conventions à vous serrer dans leurs bras sous le couvert de « love is all »...
En fait, le free hugs, c’est avant tout une alchimie improbable, un prototype imparfait, le chaînon manquant, mais nécessaire, à ce milieu où le ridicule ne tue malheureusement pas et est élevé au rang de façon de vivre, de la même façon que le cosplay ou le karaoké.
La maladie s’est insidieusement répandue dans les conventions depuis quelques années à un niveau alors encore négligeable. Cependant, à l’instar du virus H1N1, les gens de bon goût ont pu constater lors du Japan Expo 2009 à quel point le mal s’était développé et était difficile à éradiquer. Toute la communauté avait sous-estimé le pouvoir de nuisance de cette caste désormais classée, ironie du sort, d’intouchables. Il faut le reconnaître : les free huggers sont devenus un fléau. Une race à peine apparue et déjà classée comme nuisible. Les Trasheurs, toujours en avance sur tout le monde, prônent la solution d’abattre TOUT le troupeau avant qu’il ne soit trop tard.

Le mâle free hugger (nom de code MSN : gold_saint_naruto_goku_324) est un personnage timoré, insignifiant, passif et laid; gras et rubicond ou bien maigrelet et livide, il recherche dans la mode free hugs la possibilité d’avoir un contact tactile, facile et peu coûteux avec le sexe opposé dont il ignore tout. Ce rite s’accompagne, hélas, d’effets secondaires pénibles chez lui. Peu habitué aux rencontres avec la gente féminine, il sue abondamment, tremble et émet des flatulences ainsi qu’un rire de benêt qui se voudrait cool. Plus bas, ses sous-vêtements sont rapidement souillés, aussi bien côté pile que côté face. Qu’importe, ça en valait la peine tant ce fut intense pour lui. En rentrant dans sa bauge, il s’empressera de se logger sur Facebook et/ou Twitter afin de faire partager à ses « amis », autres anonymes dignes de peu d’intérêt et qu'il n'a jamais rencontré en vrai, son heure de gloire : il a serré dans ses bras une nana en tenue légère ! Jamais il n’oubliera cette sensation ni son effluve où se mêlaient étroitement un parfum bon marché à la vanille et une odeur âcre de sueur. Puis il continuera sur cette lancée en racontant sa folle journée : il était devant le stand Kaze, vous savez, ceux qui éditent les DVD d’animation qu'il télécharge en divx... Après, il a bu un coca à la buvette. C'était sucré et pétillant. Et enfin, clou du spectacle, comme disait Jésus, il a carotté les gars du Naruto World car il a participé deux fois au jeu au lieu d’une seule comme le stipule le règlement. Trop fort !
Vous l’avez deviné, notre huguenot se prend pour un rebelle. Si, si. Pour lui, il ose des choses que personne ne peut oser. Il transgresse les règles, il impose sa loi. Il est amusant de constater à cet égard que, dès ses premiers pas sur le quai RER du Parc des Expositions, lorsque la tension devient palpable, le free hugger ne peut s’empêcher de jouer au rebelle. Panurgisme primaire bien évidemment, et si touchant au demeurant, car ce blanc-bec au torse bombé est le même petit étudiant qui se fait régulièrement dépouiller et vider son sac par les caïds de son lycée qui savent très bien qu’ils ne risquent rien à le martyriser puisqu’il ne bronche jamais quoiqu'on lui fasse. Placé dans un environnement aussi inoffensif et immature que Japan Expo, qui n'est qu'une gigantesque classe de maternelle livrée à elle-même pendant que la maîtresse est aux chiottes, il a compris que le premier qui donnera de la voix se fera respecter. Là, il se sent puissant. Là, il se sent chef de meute. Là, il se sent homme. Là, il se sent animal alpha. Pensez donc, l’écrasante majorité des visiteurs présents sont du même tonneau que lui dans la vie de tous les jours : de petits minables sans personnalité, attardés au possible, et rêvant d’amis, de gloire et de regards d’admiration énamourés. Ce comportement d’une rare virilité dans sa vie d’homme durera les quatre jours de Japan Expo, puis il redeviendra la larve gentillette et soumise que tous ses camarades connaissent et se plaisent à humilier. Chassez le naturel…

La femelle free huggueuse (nom de code MSN : sailor_britney_nana_moon_297) est du même cru, mais en plus pathétique car plus active. N’ayant jamais eu le courage de basculer du côté des cosplayeurs, elle rêve néanmoins d’avoir son quart d’heure de gloire elle aussi dans un milieu où tous les excès les plus malsains sont permis et encouragés. Presque de dépit, elle se fait donc free huggueuse.
Passant directement de la jeune fille à la pauvre fille, en attendant la vieille fille, bigleuse, et possédant des fesses tombant déjà en gouttes d’huile à même pas 16 ans, elle tente de réhabiliter sa carcasse défraîchie en comptant sur la « Japan Expo touch » qui sépare rigoureusement les « in » et les « out » : des oreilles de chat, des bas rayés, un peu de froufrou pour faire goth-cheap, l’inévitable éventail et une énorme touche de mauvais goût mal assumé. Elle se déplace toujours en meute, parce que cela permet de se cacher derrière ses copines, aussi connes et honteuses qu’elle, et glousse avec délectation dans la file d’attente avec son pass classique. A ce propos, vous reconnaitrez facilement celles qui ont un pass gold : leur short est tout mouillé…
Une fois entrée, elle sort sa panoplie de free huggueuse : une feuille de papier A4 portant l’écœurante inscription « FrEe HuGs » gribouillée au feutre à paillettes, entourée de quelques petits dessins bancals type « fan art », plus deux ou trois stickers Hello Kitty collés dessus pour cacher la misère, et le tour est joué. La sotte se mue en participante active de la japanimation en France. Ne riez pas ! Certaines se sentent véritablement investies d’une mission et le crient haut et fort. Elles ont tellement besoin de se sentir utiles à quelque chose...
Leur comportement donne des envies de vidages de chargeurs de Magnum 44 en pleine gueule. Il faut les comprendre aussi, ces pauvres truies vont faire des folies au-delà du raisonnable. Elles vont se faire accoster par des mecs qui voudront les serrer contre elles, feront ensuite des photos en HD avec leurs « koupines » en faisant le « V » de la victoire, chanteront des génériques d’anime en yaourt et dépenseront l'argent de papa/maman dans des gougouilles vendues pour l'occasion 10% plus chères que le reste de l'année. Bref, elles seront les reines du bal des pouilleux.
Attention, ne vous excitez pas. Contrairement à ce qu’elle semble laisser croire, la free huggueuse est tout sauf « hot ». Testez-la en la prenant aux mots quand elle vous propose la botte, et allez plus loin que le simple câlin, en l’embrassant dans le cou ou en lui caressant les reins. Sa réaction ne se fera pas attendre : hurlement, honte, mal à l’aise, peut-être même une baffe ou une semelle compensée dans vos testicouilles, et des tas d’insultes comme quoi vous n’êtes qu’un porc, un pervers etc. C’est pourtant elle qui vous invitait au contact. Méditez ça bande de petits puceaux : les allumeuses sont TOUJOURS décevantes !

Sur le plan du darwinisme, l’évolution des free huggers offre peu d’alternatives. D’ici quelques années, ils auront, dans le meilleur des cas, honte de leur passé lorsqu’ils se reverront sur les photos qu’ils eurent la connerie de filer à leurs connaissances. Ils en riront donc, avec une énorme gêne, et continueront de cacher ce secret honteux comme on cache son alcoolisme ou le fait d’aimer les photos d'Ai Shinozaki.
Dans le pire des cas, ils reviendront encore longtemps à Japan Expo, en couple cette fois, ex-huggers mais nouveaux otaku-bidochons, accompagnés de leurs chiards tristement fardés en Gokû improbables et portant à l'état civil des noms de personnages de mangas... Des enfants mort-nés mais pourtant bien vivants, à l'image de leurs parents finalement.
Le dernier jour, avant de rentrer, notre petite famille de winners fera la tournée des stands, juste avant la fermeture, comme ces SDF qui font la fin des marchés afin de recueillir les fruits et légumes invendus ou invendables. Les exposants, plus par mépris que par compassion, leur jetteront à terre une poignée d'autocollants et de porte-clés dont personne n’a voulu, en leur demandant de déguerpir au plus vite. N’ayant aucun amour propre, nos free huggers se jetteront dessus comme les crevards qu’ils sont et repartiront satisfaits, les poches pleines, repus et fatigués de leur belle journée. Puis ils rentreront chez eux, dans leur cage à lapins payée à crédit, et se huggueront à nouveau en privé afin de faire leur troisième gosse qui leur permettra de toucher le pactole question allocs et s’offrir un home cinema pour mater Star Wars en Blu-ray…

Portrait écrit à partir d'une ébauche de Bigremaster. Rajouts, corrections et remix : les Trasheurs



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: 12/02/2013 11:46:18 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le-relai-pro Index du Forum >>>
...La Boite à Malice...
>>>
Toutes les heures sont au format GMT - 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo
 
 
Se connecter pour vérifier ses messages privés