.


...Le Sanctuaire....
" J'ai mis ma concience aux prises avec ma raison, et la réflexion m'a convaincu, autant que l'experiences, que: " Tout Individu qui se sacrifie, sans néccésité pour des intérêts vagues et collectifs, n'est qu'un animal, d'un instinct dépravé, qui, tôt ou tard, sera corriger par la double épreuve, de l'injustice et de l'ingratitude..."
( Francois suleau - " les actes des apotres "..."

le-relai-pro  Index du Forum
 

   FAQ  -  Rechercher  -  Membres   -  S’enregistrer   Connexion
L'HARDCORE GAMER

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le-relai-pro Index du Forum >>>
...La Boite à Malice...
>>>
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sasha
Administrateur
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 14 Juil 2006
Messages: 411
Point(s): 76
Moyenne de points: 0,18
icon msnm: protheus63@hotmail.f

MessagePosté le: 12/02/2013 11:46:18 (2009)    Sujet du message: L'HARDCORE GAMER Répondre en citant

L'HARDCORE GAMER

Dans les années 80, les jeux vidéos dits « violents » se résumaient surtout à des jeux appelés « shoot them up », des vaisseaux spatiaux tirant sur tout ce qui bouge, et des « beat them up », des jeux de baston, souvent de rue, où un lobotomisé devait aller délivrer à la force de ses couilles sa fiancée enlevée par un gang rival. Un scénario désormais usé jusqu'à la corde… Les capacités des machines étant ce qu'elles étaient, on y croyait pas vraiment à ces amas de pixels, plutôt petits, carrés, crantés et assez peu colorés. On en ressortait rarement violent, à moins d'avoir à la base le cerveau d'un animateur de radio FM…
Ensuite, dans les années 90 ont débarqué les grands jeux de baston. Street Fighter 2 est le plus célèbre. Les capacités des machines doublant chaque année, le réalisme commençait à poindre le bout de son nez et l'identification des joueurs à leur personnage favori avec. Puis Mortal Kombat est arrivé. On pouvait, en plus de la classique distribution de mandales, arracher la tête de l'adversaire par exemple, avec des litres de sang en prime évidemment. Le gore faisait son apparition. Un nouveau cap était franchi. Les éditeurs de jeux vidéo se faisaient un peu tirer les oreilles par les associations de familles mais ça rapportait tellement d'argent… A l'époque, Sega avait décidé de sortir une version non censurée pour sa Megadrive, au contraire de Nintendo pour sa SNES. Nous vous laissons deviner laquelle des deux s'est le plus vendue…

Désormais, les consoles et PC sont aussi puissants que les meilleures machines d'arcade. On arrive à faire des productions hyper réalistes. La grande mode en ce moment va aux jeux de guerre. Lancé par Wolfenstein voilà de ça dix ans, jeu de con par excellence dans lequel il fallait flinguer du nazi dans les couloirs d'un donjon, les variantes améliorées se sont multipliées. Counter Strike est désormais un classique du genre, c'est même devenu un sport pour certains, avec entraînement quotidien, coach et concours… Avec tous ces jeux, on passe du sniper planqué en haut d'un immeuble et qui descend lâchement ses adversaires, au soldat kamikaze qui fonce seul contre tous, avec juste sa bite et son couteau, face à une armée ennemie, ou à refaire carrément les grandes campagnes des anciennes guerres, gagnées et surtout perdues. On peut même choisir son camp : Weirmacht, Armée Rouge, Marines etc. Les jeunes Allemands peuvent enfin venger l'honneur de leurs grands-pères tombés à Stalingrad et les Américains remporter la guerre du Vietnam… Le réalisme est poussé à son paroxysme, et lorsque l'intelligence artificielle du programme n'est plus suffisante, on joue en réseau, avec d'autres bozo, à se tirer dessus, à tuer des ennemis pour faire gagner son armée, son pays !…

Avant pour former les gosses à la guerre, il y avait les jeunesses hitlériennes, maintenant, y'a les jeux vidéos. Ces jeux fascisants ne sont rien d'autre que du dressage martial. Apprendre à lire des cartes sur un front imaginaire et à commander des unités, ça, c'est pour les stratèges en herbe. Aller flinguer du « bougnoule », du « niakoué » ou du « coco », M16 ou Ak-47 en pogne, c'est pour les soldats à tendance psychopathe. Y'en a pour tous les goûts et ça peut donner envie à des abrutis de s'engager pour de vrai afin de sauver la Liberté du monde… Etre un héros militaire, c'est toujours plus bandant que de devenir plombier comme Mario de toute façon.
Que faire pour ces jeunes trépanés qui pensent être des soldats dans l'âme et qui sont sûrs qu'en Irak, c'est comme sur leur PC ? Leur crever les yeux et leur couper les pouces ? Non, mieux vaut les laisser s'engager. Ces gens-là sont totalement déconnectés de la réalité. Ils se feront buter dès le premier mois. Sur le front, il n'y a pas de cheat code donnant munitions illimitées, vision à travers les murs et autres vies infinies. Quand on meurt, c'est pour de bon. Mais après tout, un bon soldat n'est-il pas un soldat mort et réduit à l'état d'engrais naturel ? Ça fera des appartements de libre pour les planqués mais pas de veuves à consoler hélas ! N'oublions pas qu'un hardcore gamer, ça ne baise jamais.



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: 12/02/2013 11:46:18 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le-relai-pro Index du Forum >>>
...La Boite à Malice...
>>>
Toutes les heures sont au format GMT - 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo
 
 
Se connecter pour vérifier ses messages privés